LA VOIX DANS TA TÊTE · Ta bibliothèque de podcasts à écouter

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Arnaud Ruyssen : « Je ne voulais pas faire un podcast d’adulte qui apprend la vie aux enfants »

ÉCOUTER L'INTERVIEW :

Journaliste bien connu de La Première, Arnaud Ruyssen est aussi l’auteur d’un podcast d’information à destination des 10-14 ans : « Et Pourquoi ? » Il était donc le mieux placé pour répondre à notre question pratique du mois : comment faire un podcast pour les enfants ?

Qu’est ce qui t’a donné envie de faire un podcast destiné aux enfants ?

Premièrement, j’ai trois enfants. J’adore écouter des podcasts avec eux en voiture, sur la route des vacances. On écoute notamment Les Odyssées de France Inter. J’avais l’impression que ce qui marchait le mieux avec mes enfants, c’était donc d’écouter ce genre de podcast, car ça générait ensuite une discussion entre nous. Dernièrement, on en a écouté un sur Nelson Mandela qui nous a amené à discuter du racisme, de l’apartheid, des traces qu’il en reste aujourd’hui… Les podcasts c’est génial pour les enfants grâce à la magie du son. En tout cas avec les miens ça marche super bien. J’avais donc envie de créer un outil de débat avec eux.

Deuxièmement, la RTBF me permet depuis cinq ans de faire des projets qui me tiennent à cœur. Après neuf années à la présentation de Soir Première (que j’adore), j’avais envie de faire autre chose que de l’info quotidienne pure. L’année dernière, j’ai donc voulu créer un podcast pour les enfants autour de l’actu. Voilà le point de départ de « Et Pourquoi? ». Je ne voulais pas faire un podcast dans lequel c’est moi qui apprends des choses aux enfants. Je voulais quelque chose de participatif, à partir de leurs questionnements et réflexions, et qui à la fin laisse une porte ouverte à la discussion et au débat. Je finis d’ailleurs chaque épisode en disant : « Et toi qui nous écoutes tu en penses quoi ? ». L’idée c’est qu’une fois l’épisode terminé, la discussion commence.

Les enfants sont très présents dans ton podcast. Quel a été ton processus de création ?

La première étape consistait à définir les sujets. J’en ai soumis une quinzaine à des classes et ce sont les élèves qui ont choisi. Ensuite, je suis allé dans des classes, j’ai discuté du sujet avec les enfants et j’ai intégré leurs questions et réflexions. J’ai essayé d’aller dans des classes très différentes : parfois favorisées parfois précarisées. Ce ne sont pas les même réflexions et questions qui ressortent.

Quand j’ai refait une seconde salve d’épisodes à Noël, j’ai amené directement les experts dans les classes. C’était bien mieux, car les experts entendaient les questions des enfants, pouvaient leur répondre et je pouvais réenregistrer les enfants sur ce qu’ils pensaient de la réflexion de l’expert. Je ne voulais pas faire un podcast d’adulte qui apprend la vie aux enfants, donc il fallait qu’ils aient le dernier mot. J’avoue aussi avoir été aidé par mes deux ainés quand il fallait réenregistrer des questions ou des réflexions.

As-tu fait écouter le podcast à des enfants pendant la réalisation pour avoir leur éventuel retour et faire des modifications rapidement ? Tes enfants par exemple ?

C’est exactement ce que j’ai fait. Je réécoutais la première version avec les deux grands et même parfois avec mon plus jeune de 7 ans, car c’était intéressant de voir sur quoi il accrochait. Parfois j’ai changé des choses grâce à leurs réflexions. Un truc assez drôle, c’est que à un moment donné dans un épisode, je disais : « Vous avez pigé ? ». Ma fille de 12 ans m’a immédiatement dit qu’on ne disait pas ça, que ça faisait vraiment « le vieux qui veut faire jeune ». Elle m’a dit qu’il fallait plutôt dire : « Vous avez compris ? » (rires).

Je ne voulais pas faire un podcast d'adulte qui apprend la vie aux enfants, donc il fallait qu'ils aient le dernier mot.

Arnaud Ruyssen

Comment as-tu adapté ta façon de parler ? On imagine que tu ne parles pas dans « Et Pourquoi ? » comme tu parles sur La Première. As-tu du faire un gros travail de re-vulgarisation ?

Pas tant que ça. J’ai essayé d’utiliser les mots les plus simples possibles, et d’être assez interpellant avec des phrases comme : « Vous me suivez toujours ? », « Vous avez compris ? ». Pour le reste, j’ai toujours pensé que plus on parle aux enfants comme à des grands, plus ils deviennent grands. Grâce à ça, je pense que même des adultes qui écoutent le podcast ne se sentent pas pris pour des enfants. Bien sûr, on repart des bases, on utilise des mots simples, il y a un côté plus direct. Au niveau du montage, il y a des petits gimmicks de son très courts (extraits de films, de sketchs) qui apparaissent. Mais je voulais que ça reste un truc de journaliste avec un ton journalistique. Je ne voulais pas qu’il y ait un Arnaud Ruyssen de la radio et un Arnaud pour les enfants. Ça reste le même travail, mais simplement avec un seuil d’entrée plus bas et donc plus accessible pour des enfants.

Quels sont d’après toi les pièges dans lesquels ne pas tomber quand on fait un tel format pour des enfants ?

Je n’oserais pas trop donner de grandes leçons là-dessus, car je n’ai fait qu’une douzaine d’épisode. Cependant, j’ai constaté que j’étais attentif à être encore plus rigoureux sur le contenu que quand je suis dans Soir Première. Dans « Et Pourquoi? », je parle à des enfants qui sont en train de construire leur vision du monde donc j’ai senti que j’avais une responsabilité plus grande. D’autant plus que quand je fais du podcast, je fais plus attention aux mots choisis. En radio, on reste dans une logique de flux, le direct peut excuser le manque de précision. Quand c’est quelque chose qui est fait pour être téléchargé, pour rester, je suis beaucoup plus attentif. Par exemple, j’ai fait un épisode sur la différence de salaire entre les hommes et les femmes. Je l’ai fait réécouter à plusieurs personnes, surtout des femmes et mes interlocutrices, pour être certain de ne pas dire de bêtises. J’avais peur que le fait que je sois un mec de 40 ans puisse être un biais ou un prisme. Autant à l’antenne, ça me gênerait moins, mais dans « Et Pourquoi? », c’était quand même important, car c’était peut-être le point de départ pour certains enfants de leurs réflexions sur ces questions-là. Je n’avais pas envie que ce soit imprécis, partial ou biaisé. En tout cas le moins possible, puisque des biais, on en a toujours. 

À partir de quel âge « Et Pourquoi ? » est-il écoutable ou en tout cas compréhensible ? Et comment as-tu défini cet âge ?

Comme j’ai des enfants, je sais a priori ce que des 10-12 ans peuvent écouter. J’ai donc visé les 10-14 ans, mais des gens m’ont écrit pour me dire que leur enfant de 8 ou 9 ans avait bien accroché. J’ai des collègues dont le fils de 7 ans a écouté le podcast. C’est difficile à déterminer, car c’est en fonction de l’enfant, de ses parents, de s’il a l’habitude d’écouter des podcasts ou pas. Par contre j’ai fait un épisode sur l’extrême gauche et l’extrême droite, et là clairement c’est plutôt pour des enfants de 13-14 ans. Là, mon fils de 7 ans, ça lui passe au-dessus de la tête !

Quels retours as-tu eu suite à ton podcast ?

C’est très chouette, car des instituteurs·trices m’ont écrit pour me dire qu’ils utilisaient ça dans leurs classes. J’ai aussi reçu des retours de parents enthousiastes qui écoutent le podcast avec leurs enfants mais apprennent aussi des choses. Et j’avoue que je l’ai conçu pour ça aussi. Quels sont les podcasts que j’aime écouter avec mes enfants ? Ceux pour lesquels je trouve un intérêt. Si on veut qu’un podcast à destination des enfants fonctionne, il faut aussi que ça intéresse les parents. Car c’est eux qui vont être prescripteurs.

Une saison 2 est-elle prévue?

J’aurais bien voulu que ça continue, mais j’ai été récemment très occupé par la deuxième saison de Démocratie en question(s). J’ai proposé le projet à une collègue mais ça n’a finalement pas été possible. J’aimerais continuer, surtout que ça a bien marché. De tous les podcasts de La Première, c’était le deuxième le plus téléchargé. Visiblement, il y a quand même un intérêt pour ça. Je pense que c’est un truc dans lequel les radios doivent investir. Je suis un amoureux du média audio. L’audio marche hyper bien avec les enfants. Ils ont tellement de sollicitations aujourd’hui avec les écrans. Je trouve qu’il y a tellement de raisons de faire de l’audio pour les enfants… Creuser ce format et proposer de vrais contenus audio aux enfants, ça a plein de sens. Je suis sûr que c’est un créneau sur lequel on doit investir…

ÉCOUTER L'INTERVIEW :

↓ ARTICLES ↓

Ce site utilise des cookies pour fonctionner correctement.
Voir la politique de confidentialité .

Abonne-toi à la newsletter pour
recevoir les recos du mois :