Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Les émissions culinaires se dégustent-elles aussi par les oreilles ?

L’être humain aime tellement manger qu’il a créé autour de la nourriture des émissions culinaires radiophoniques, télévisées… et aussi des podcasts. Mais pourquoi consommons-nous ce genre d’émissions sans même pouvoir manger ce qui y est préparé? Épluchons ensemble le pourquoi du comment.

Passons l'histoire à l'écumoire

La conjonction du contexte d’après-guerre, du changement social et de l’évolution des médias a installé un climat propice à l’émergence de la culture culinaire et de la médiatisation de la nourriture. Si aujourd’hui la nourriture est mise à toutes les sauces dans les médias (compétitions, émissions de cuisine, documentaires, etc.), ce ne fût pas toujours le cas.

Avant le 20e siècle, la nourriture n’avait d’importance que pour sa fonction vitale. Ensuite, avec l’apparition et la démocratisation des médias de masse (la radio, la télévision…), le paradigme a changé. Des émissions culinaires, radiophoniques d’abord et télévisées ensuite, sont diffusées. Et, c’est à partir de l’entre-deux guerres qu’un intérêt grandissant se fait sentir pour la nourriture et la cuisine en tant que sujet médiatique.

À cette époque, la radio et la télévision sont utilisées comme outils pour éduquer le peuple (et surtout les femmes…). En écoutant et regardant des émissions culinaires, les auditrices apprenaient alors les bonnes mœurs, le savoir-être, la bonne tenue du foyer ainsi que quelques recettes, conseils et informations nutritionnelles.

À partir des années 60, la dynamique change et la sauce prend plutôt bien. Les émissions culinaires ne sont plus essentiellement des programmes éducatifs destinés à être consommés par des femmes, mais bien par une audience mixte. Au début des années 2000, apparaissent diverses émissions de compétition culinaire qui viennent alors côtoyer les émissions plutôt éducatives.

Pourquoi aimons-nous regarder des émissions culinaires ?

Tout d’abord, regarder ces émissions aurait un effet relaxant. En effet, on peut voir l’évolution d’un « projet » de A à Z, ce qui produit un état de satisfaction. Ensuite, qu’on aime cuisiner ou pas, les émissions culinaires restent une source d’apprentissage : il y a toujours une petite astuce à prendre. Pour les plus passionnés, ces émissions sont de vrais livres de recettes dans lesquels on peut puiser son inspiration.

Finalement, la raison la plus surprenante de notre attrait pour ce type de programme est que notre cerveau serait capable de créer une simulation gustative et olfactive du plat qui est préparé à l’écran. En gros, on mangerait sans vraiment manger… enfin sauf si tu grignotes dans le canapé 😉

Si on peut manger avec les yeux, peut-on aussi manger avec les oreilles?

Cette simulation gustative et olfactive pourrait être l’explication du succès des podcasts sur la nourriture.

Quand on mange, on crée une image sensorielle dans notre cerveau, « et chaque aliment, chaque plat a son image sensorielle propre ! Cela signifie aussi que les aliments sont liés à ce que nous avons « vécu » avec eux. Nous associons à la nourriture des sensations, des souvenirs, des personnes, des moments… » (Madmoizelle) En écoutant des podcasts, on titille nos souvenirs liés à un certain type d’aliment, à un repas partagé avec des ami·e·s, etc. Bref, nos mémoires gustative, olfactive, visuelle, auditive et tactile se combinent pour nous faire vivre une expérience 2.0.

Alors, pourquoi certain·e·s d’entre nous sont-iels addicts aux émissions culinaires ? À partir de cette question, plein d’autres nous sont venues : pourquoi avons-nous honte de manger seul·e ? Pourquoi aime-t-on manger toujours la même chose ? Pourquoi veut-on que nos plats soient aussi beaux que bons ? Si, toi aussi, tu te poses ce genre de questions, le podcast Manger de Louie Média pourrait te plaire ! Laurianne Melierre répond aux questions que l’on se pose sur la façon dont on se nourrit. Ce podcast interroge ce que nos habitudes alimentaires disent de nous en analysant divers sujets d’un point vue sociologique et psychologique.

Au final les émissions culinaires existent depuis bien longtemps, mais ce n’est qu’à la fin du 20e et au début du 21e siècle que ce genre de contenu médiatique apparait sur les ondes et les écrans. D’abord, comme émissions éducative, puis comme émissions de divertissement. Les cooking shows, qu’ils soient visibles ou non, ont la cote car ils sont relaxants, satisfaisants et éducatifs. Et toi, quel est ton podcast « bouffe » préféré?

↓ ARTICLES ↓
↑ ARTICLES ↑