LA VOIX DANS TA TÊTE · Ta bibliothèque de podcasts à écouter

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur whatsapp

3 règles pour acheter ton propre matos

Alors comme ça, toi aussi tu veux lancer ton propre podcast ? Vraiment, t’es sûr·e ? Produire un podcast, c’est pas un truc à faire à la légère hein. Franchement, à ta place, j’y réfléchirai à deux fois… Naaan, on rigole, c’est une excellente idée ! Réaliser un podcast c’est du taf, mais ici on soutient pleinement ton génie créatif !

À travers ce guide, Jonathan va donc t’aider à dénicher tout le matériel dont tu as besoin pour produire le podcast que tu as toujours rêvé d’écouter. On va passer en revue trois sélections de matos, du podcast en solo à la webradio entre potes, en passant par l’interview tout terrain… et tu y trouveras bien sûr toutes les infos nécessaires pour créer ton propre setup de podcasting.
Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, médite ces 3 règles d’or pour éviter de te ruer tête baissée dans ton magasin de matériel électronique favori…

Règle n°1: c'est pas le matos qui compte

Oui, je ne suis certainement pas le premier à te le dire… Mais c’est pas pour rien, c’est parce que c’est vrai. Ce qui compte, c’est ce que tu as à raconter, ce que tu veux diffuser sur les ondes, ta prose podcastesque, quoi !

Tu n’as vraiment pas besoin de te créer un studio d’enregistrement complet pour te te lancer. Je la connais cette excuse, et je ne te laisserai pas procrastiner une éternité avant de sortir ton premier épisode. Mon but ici n’est surtout pas que tu t’endettes en dévalisant les rayons audio d’Amazon pour finir par laisser tout ce beau matériel prendre la poussière sur ton bureau…

Règle n°2: investis sur le long terme

Commence avec le strict minimum et complète ton kit au fur et à mesure, en fonction de l’évolution de tes besoins.

En faisant les bons choix, tes nouveaux jouets ne deviendront pas obsolètes avant longtemps : le matos audio, c’est vraiment durable. Ça fait plusieurs décennies que les standards de l’industrie sont les mêmes (pour les casques et micros en tout cas ; en ce qui concerne les enregistreurs et consoles, on parlera plutôt de plusieurs années), ils ne risquent pas d’être dépassés de sitôt. En achetant du matériel de qualité et en l’utilisant soigneusement, tu peux clairement espérer vieillir avec lui pendant des (dizaines d’) années.

Règle n°3: le fond détermine la forme

Même si le matos audio peut s’avérer très versatile, tout ne fonctionne pas comme par magie dans toutes les situations. Certains types de micros seront ainsi à privilégier dans certaines conditions d’enregistrement, une table de mixage complète ne sera pas toujours très pratique en déplacement… bref, tu as compris la logique : tes choix seront tributaires de tes besoins spécifiques et de tes circonstances d’utilisation

En d’autres termes, tu n’auras pas besoin du même matos pour enregistrer une équipe de comédien·nes, des interviews ou des discussions à plusieurs, ou encore un documentaire en solo. Et c’est bien pour cette raison qu’il est toujours délicat de conseiller du matériel… N’hésite donc pas à remettre mes suggestions — qui ne se prétendent pas exhaustives — en perspective et à les adapter à tes usages personnels. Et pour ce faire, commence par bien définir les contours de ton projet, tu éviteras alors de te retrouver avec un setup complètement inadapté !

3 sélections de matos pour te lancer

Ces quelques précisions faites, bienvenue dans mon studio ! Maintenant que tu sais ce que tu veux raconter et comment tu vas le faire, je te propose de passer en revue ces trois setups pour découvrir mes choix de matériel en fonction de ces trois situations d’enregistrement bien spécifiques… 

↓ ARTICLES ↓

Ce site utilise des cookies pour fonctionner correctement.
Voir la politique de confidentialité .

Abonne-toi à la newsletter pour
recevoir les recos du mois :